Contenu(s) du secteur

Situation dans le plan

  1. Partie - Introduction - Éditorialisation scientifique et didactique
    1. Chapitre - Humanités numériques plurielles
      1. Section - Définition(s) francophones des humanités numériques
      2. Section - Communication savante en humanités numériques
        1. Sous section - Etudiants, professeurs, chercheurs et leur communications numériques.
        2. Sous-section - Temps court et temps long de la communication savante
        3. Sous-section - Libre accès aux savoirs et accès ouvert aux publications
        4. Sous-section - Entre Etat et marché : l’indépendance de la recherche et de la communication savante en SHS.
      3. Section - Recherche technologique en éditorialisation numérique
    2. Chapitre - Vers une sociologie historique de la configuration numérique ?
  2. Partie - Fondements des États démocratiques
  3. Partie - Expansion des objectifs et moyens de l’État
  4. Partie - Sectorisation du gouvernement politique
  5. Partie - Formalisation juridique et négociations
  6. Partie - Gouvernement technologique et partenariats
  7. Partie - Stratification des niveaux territoriaux
  8. Partie - Connaître la configuration numérique ?
  9. Annexes

Page du plan détaillé


Navigation par niveau


Navigation par tag


Navigation par EDC


navigation par suivi édito



rechercher un contenu


SECTEUR COURANT DU MANUEL > TEDI - Transformations des États démocratiques industrialisés > Jérôme VALLUY    

  • Partie - Introduction - Éditorialisation scientifique et didactique
  • Chapitre - Humanités numériques plurielles
  • Section - Communication savante en humanités numériques
  • Sous-section - Entre Etat et marché : l’indépendance de la recherche et de la communication savante (...)

    Peut-on concilier progrès technologique, libertés intellectuelles et qualité scientifique en faveur du libre accès aux savoirs en s’affranchissant, partiellement au moins, des contraintes liées à l’Etat et des contraintes liées au marché ?
    ► Pour réunir les conditions précédemment évoquées en faveur du libre accès au savoir, à partir des productions universitaires issue du service public français d’enseignement supérieur et de recherche en SHS, il y a une voie à explorer qui est celle de l’indépendance tant vis-à-vis du marché que vis-à-vis de l’Etat. L’indépendance ne signifiant pas ici contre le marché et contre l’Etat, mais au contraire avec l’un et l’autre ainsi qu’avec d’autres origines de ressources financières, institutionnelles et symboliques ; l’indépendance, en ce sens, passe par la multiplication et la diversification des dépendances (non pas l’illusion de suppression de toute dépendance).
    ► Si l’on rejette à la fois tout privilège universitaire de privatisation des moyens publics et toute subordination intellectuelle à une dispositif étatique centralisé d’éditorialisation (ci-dessus partie n°1 : ni privilège, ni subordination) et que l’on cherche à défendre les libertés intellectuelles des auteurs & lecteurs autant que l’accessibilité réfléchie aux savoirs par guidage anthologique (ci-dessus partie n°2 : libertés intellectuelles et accessibilité raisonnée), il faut, pour penser le « libre accès » aux savoirs, reconstruire le concept de « petite maison d’édition indépendante » dans cette nouvelle dimension numérique de la société actuelle, ou, au moins, construire une diversification des systèmes technologiques d’éditorialisation numérique.
    ► Dans cette perspective, deux aspects de l’indépendance des auteurs & lecteurs numériques paraissent essentiels : celui de la forme organisationnelle et socio-technique que peut prendre la petit édition numérique indépendante en accès ouvert ; celui du fond intellectuel de l’indépendance d’agenda (définition des priorités de sujets, conception des objets d’étude prioritaires…).

Segment - PLATEFORMES ETATIQUES ET/OU MARCHANDES DE REEDITIONS numériques ouvertes francophones : Cairn, OpenEdition, Erudit, Persee, HAL, TEL/Theses.fr, Google, Google-scholar …